Qui sommes-nous ?

 

  1. « Les Cigognes »... Kezako ??
  2. Histoire de l'association
  3. L'association nationale
  4. L'association locale parisienne
  5. Quelques exemples des vertus du dialogue
  6. Cigognes, autruches, poussins... Un peu de vocabulaire

 

1. « Les cigognes »... Kezako ??

 

Ce sont des oiseaux migrateurs qui... STOP !!!... pffffff !! Mais ce n'est pas de celles-là dont il s'agit !!
nan !
« Les Cigognes »... c'est une association L.1901 qui regroupe des personnes concernées par la naissance d'un enfant non reconnu (ou abandonné) par son père biologique.

 

2. Histoire de l'association

 

Tout a commencé au début de l'année 2002 sur Grenoble.

Plume, qui avait assez mal vécu sa grossesse en solo, voulait depuis plusieurs mois créer une association de ce type car elle n'en avait pas trouvé pour l'aider quand elle en avait eu besoin.

Suite à la rencontre de Tolane et de Donsky, l'aventure a pu commencer...

En mars 2002, les statuts ont été déposés à la préfecture de l'Isère et le 8 avril de la même année l'association a vu le jour officiellement (parution au JO).

 

Le but essentiel était de soutenir les femmes enceintes et seules pour que leurs enfants souffrent le moins possible d'une situation souvent délicate à vivre.

 

A partir de juin 2004, ils ont commencé à adhérer à l'association. Les problèmes qu'ils rencontrent sont complexes. Ils portent souvent le poids de la honte car en France, par le passé, être un bâtard n'était pas facile à vivre. Ils se heurtent donc à des tabous, des secrets et au bout du compte : l'impossibilité d'agir en justice pour être reconnus officiellement (à cause du délai de prescription). Voir le film "La tête en Friche" (avec Gerard Depardieu).

 

A partir de mars 2005, nouvelle modification des statuts (parution JO)... Un peu avant, des pères ont commencé à se confier à nous, mais aussi des personnes ayant dans leur famille un enfant non-reconnu ou un secret de famille lié aux origines biologiques ou encore des femmes "légitimes" trompées par un mari qui a mis enceinte sa maîtresse... Ces personnes sont venues sur le forum, et les échanges qu'il y a eu nous ont fait (et nous font encore) réfléchir.

A chaque fois, le dialogue engagé entre les uns et les autres est délicat, mais fructueux ! Et la manière d'appréhender le problème change radicalement après quelques échanges : il n'y a plus d'avis "noir" ou "blanc", mais plutôt un arc-en-ciel d'interprétations concernant la fameuse histoire de ces "grossesses non-programmées".

Au départ, chacun est persuadé d'avoir raison et reste agrippé à sa version des choses. Mais après avoir dialogué avec d'autres personnes ayant un vécu similaire (ou opposé), il y a des évolutions incroyables : les jugements cessent, la discussion se renoue d'autant plus facilement qu'il n'y a pas de rapport d'intimité entre les interlocuteurs. Parler avec une personne concernée par le même problème, mais avec laquelle on n'a pas de relation personnelle permet de prendre une certaine distance avec ses propres émotions et, au final, d'appréhender la situation sous un autre angle. Les arguments sont identiques à ceux que l'on a déjà entendus, mais ils résonnent en nous différemment, car l'enjeu émotionnel n'est pas le même.

Il est certain aussi que l'anonymat lié à l'utilisation de l'ordinateur permet à certains de livrer plus facilement leurs émotions et leurs blocages... et de s'en délivrer aussi plus rapidement.

 

En 2006, une dernière modification des statuts a rendu l'adhésion possible à TOUTE PERSONNE qui soutient NOS IDEES. Il n'est donc plus necessaire d'être "concerné", même si, dans les faits, la plupart de nos adhérents le sont (directement ou indirectement).

Nous nous intéressons aussi à tous les sujets qui sont afférents à notre thématique principale : grossesse non-programmée, avortement, maternité en solo, refus de laisser une place au père qui voudrait revenir, incidence de l'abandon de l'enfant par son père, accouchement sous X, modification des lois, paternité imposée, secret de famille, adoption, etc.

En conclusion... Toutes ces évolutions rejoignent de toute façon l'objectif principal, à savoir LA PROTECTION DE L'ENFANT, qui ne peut être tenu responsable des conditions de sa conception !

C'est-à-dire son droit fondamental d'accéder à ses origines biologiques et de vivre comme tous les autres enfants : notamment en bénéficiant (dans la mesure du possible) de l'amour de ses deux parents, même si ceux-ci se sont séparés avant sa naissance...

Pour cela, l'association reste un lieu d'accueil pour les femmes enceintes et seules car nul besoin de préciser que protéger la mère c'est déjà protéger l'enfant à naître...

Notre slogan pourrait d'ailleurs être « LES FEMMES ENCEINTES ET LES ENFANTS D'ABORD ! »...

Mais comme cela a déjà été dit, nous souhaitons aussi aider tous les autres : les pères notamment, car s'ils arrivent à modifier leur vision des choses, c'est encore l'enfant qui en sera le principal bénéficiaire !

haut de page

 

3. « L'association nationale

L'association est née à Grenoble et le siège national reste donc dans cette ville (adhérer).

 

Galerie

déguisement autruche stand stand

haut de page

 

4. L'association locale parisienne

 

En décembre 2009, l'association "Les Cigognes" a donné naissance à sa première fille (reconnue !) : "Les Cigognes Paris".

 

logo cigognes Paris

 

Cette dernière a pour but d'aider au développement de l'association nationale et de fournir un meilleur service local à ses adhérents (rencontres conviviales, prêt de livres, animations diverses) Pour adhérer à l'association locale, il faut d'abord être membre de l'association nationale (adhérer).

haut de page

 

5. Quelques exemples des vertus du dialogue

 

Les exemples des vertus du dialogue sur le forum sont trop nombreux pour être tous cités, mais en voici quelques-uns qui témoignent de notre action (il est nécessaire de s'inscrire au forum pour les lire) :

Des hommes qui souhaitaient un avortement et qui étaient sur le point d'abandonner leurs enfants ont fini par accepter leur paternité en lisant les réflexions de nos enfants sur leur situation (« mais pourquoi moi j'ai pas de papa ? »)... (présentation de black sheep et awax)

Des femmes légitimes ont confronté leur point de vue avec celui des maîtresses d'hommes mariés (et vice versa)...

Des femmes en questionnement en début de grossesse, car confrontées à la demande d'avortement du père, ont pu faire un choix en toute connaissance de cause...

Des enfants adultes ont enfin compris ce qu'avait pu vivre leur mère.

D'autres sont venus nous voir avec de nombreuses questions :
« Je sais où est mon père, mais je n'ose pas le contacter... Que me conseillez-vous ? »

On a aussi soutenu des pères qui regrettaient d'avoir abandonné leur enfant.

Ainsi que des femmes qui étaient devenues mères en même temps que la maîtresse (ou la légitime) de leur compagnon, ou les hommes qui se trouvaient dans ce cas-là, c'est-à-dire confrontés à des situations fort délicates.

Voilà !... On espère vous avoir convaincus de notre utilité... Alors, si vous êtes concernés par ce sujet, il ne faut pas hésiter à nous rejoindre, adhérer, faire un don.

haut de page

 

6. Cigognes, autruches, poussins... Un peu de vocabulaire

 

Vous l'avez compris, l'association regroupe des mères, des pères, des enfants et leurs proches.

Les situations sont parfois difficiles à vivre, c'est pourquoi nous préférons les dédramatiser par le rire et par quelques « noms d'oiseaux » (mais vous allez voir, ils sont quand même plus sympas que ceux que l'on peut utiliser sous l'impulsion de la colère...

Il existe donc un jargon spécifique au sein de l'asso, auquel vous allez vite vous faire, car nous... on y tient !
(si, si !)

Ainsi, on trouve dans l'association :

Des cigognes : ce sont les mères célibataires (ce qu'on appelait avant les "filles-mères"...)

Dans le même état d'esprit, nos enfants sont... des poussins et des poussines.
(C'est quand même mieux que l'ancien « bâtards »... non ?)

Par définition, la cigogne a fait un enfant avec un homme qui... fait l'autruche !! puisqu'il refuse d'accepter sa responsabilité et d'assumer sa paternité... C'est ainsi que le terme autruche en est venu à désigner le père qui refuse de le devenir.

Du coup, comme il y a des pères pas ok pour le devenir (les autruches), il y a aussi souvent, dans la vie de nos enfants, des pères ok... pour les élever : les perroquets sont donc les beaux-pères qui recueillent l'oisillon délaissé (définitivement ou pas).

Autre sorte d'oiseaux : les coucous qui ont la réputation d'aller couver les oeufs des autres (en gros, le beau-père qui reconnaît l'enfant d'un autre homme, pour de fausses "bonnes raisons").

Il y a aussi ceux qui évoluent, les extruches ou les papextruches : ceux qui ne voulaient pas l'enfant au départ mais ne peuvent se résoudre à l'abandonner et, donc, finissent par changer d'avis après une période (plus ou moins longue) d'autruchisme.

Il y a enfin les papas poules : là c'est facile, ce sont les "papas normaux", quoi !

C'est important de noter qu'il n'y a pas de cloisonnement au pays des cigognes... : une bête à plume en cache souvent une autre.

Une autruche peut donc se transformer en perroquet (pour les enfants d'un autre) ou, mieux encore, devenir extruche au contact de son poussin (c'est ce que l'on souhaite à tout le monde). Une cigogne peut virer citruche en fonction de l'évolution de sa vie, etc.

Reste encore toute la « basse-cour » :

les grands-parents sont des chouettes et des hiboux.

Les pingouins et les pingouines sont les hommes ou les femmes qui vont être en couple avec l'une des personnes concernées par la naissance d'un enfant non reconnu dans une période charnière, c'est-à-dire durant la grossesse ou juste après la naissance. Ils peuvent avoir un rôle clé dans l'évolution de l'histoire.

On n'a encore rien trouvé pour désigner les frères et soeurs des poussins : si vous avez des idées, contactez-nous : .

 

Dernière mise à jour : 23 décembre 2013

haut de page